Action sociale
L'Université Grenoble Alpes et ses partenaires engagés pour lutter contre la précarité étudiante
le  3 novembre 2020
L’Université Grenoble Alpes, le Crous Grenoble Alpes et leurs partenaires confirment leur engagement fort en faveur des étudiants et renforcent les dispositifs en place pour lutter contre la précarité des étudiants et les soutenir dans cette période inédite.

Les aides sociales pour lutter contre la précarité

Un service d’assistance sociale renforcé

Les agents du service social du Crous Grenoble Alpes sont à l’écoute des étudiants et assurent l’accompagnement de ceux qui rencontrent des difficultés personnelles et financières. Ils favorisent l'accès aux droits des étudiants en situation de précarité qui peuvent bénéficier d’aides alimentaires et/ou financières, assurent un suivi et un accompagnement social, par exemple en cas de difficultés familiales, afin d’assurer au mieux leur réussite dans leur parcours universitaire.

Pour cette rentrée, une assistante sociale supplémentaire a été affectée par l’Université Grenoble Alpes (UGA) au service du Crous Grenoble Alpes afin de soutenir les étudiants dans cette période particulière qui exacerbe les difficultés des plus précaires. Par ailleurs, afin de détecter au plus tôt les situations problématiques et répondre aux questions des étudiants et leur faire connaître les aides, des accueils collectifs sont organisés tous les mardis dès la première semaine de septembre. Enfin une enveloppe de 259 000 € supplémentaires, issue de la Contribution de vie étudiante et de campus (CVEC), a été allouée par l’UGA au Crous Grenoble Alpes pour les aides sociales destinés aux étudiants précaires.

"Un ordi pour bibi"  : succès et reconduction du programme de fourniture d’ordinateurs pour les étudiants en fracture numérique

La crise sanitaire du printemps a mis à jour une problématique importante : un certain nombre d'étudiants sont confrontés à la précarité numérique et n'ont pas les moyens nécessaires pour se connecter et suivre leurs études à distance dans de bonnes conditions.

Impulsé par la Fondation UGA en avril dernier, l’opération "Un ordi pour Bibi" a permis la collecte de 200 ordinateurs, leurs réhabilitations et leur livraison à une centaine d’étudiants de l’UGA afin d'assurer la continuité pédagogique des étudiants en difficulté matérielle pour suivre leurs enseignements à distance. Ce matériel a été remis aux étudiants sur instruction sociale en lien avec le service social du Crous Grenoble Alpes.

Avec des modalités d’enseignement hybrides qui perdurent pour cette nouvelle année universitaire, les difficultés des nombreux étudiants privés d'ordinateurs sont plus que jamais la préoccupation de l’UGA qui souhaite permettre la réussite de chacun. Une phase 2 de l'opération est donc actuellement en développement pour proposer 200 nouveaux ordinateurs aux étudiants de l’UGA, pour toujours soutenir la formation même dans ces temps incertains.

En savoir plus sur le programme

Fondation Grenoble INP : une aide complémentaire pour les étudiants en difficulté

La Fondation Grenoble INP a mis en place un dispositif d’aides d’urgence complémentaire à ses autres programmes de bourses afin de venir en aide aux étudiants en difficulté suite aux répercussions liées à la Covid-19. À ce jour, 9 étudiants ont déjà été aidés. D’autres dossiers sont en cours d’examen.

L’Agoraé : une épicerie solidaire gérée par les étudiants

Initiative déjà présente sur plusieurs campus de France (Lyon, Caen, Paris…), l’Agoraé est une épicerie sociale et solidaire. À Grenoble, Interasso Grenoble Alpes, en partenariat avec le Crous Grenoble Alpes et le soutien de l’UGA, a ouvert les portes de la nouvelle Agoraé en janvier 2020.

L’Agoraé propose aux étudiants une épicerie sociale, accessible en fonction des ressources de l’étudiant, mais elle est avant tout un lieu de vie et d’échanges à destination de tous les étudiants. Les étudiants bénéficiaires, dont le dossier d’attribution a été examiné par l’équipe Agoraé et par un assistant social du Crous, peuvent y trouver des produits alimentaires, d’entretien ou encore des fournitures scolaires à des prix très réduits (entre 10 et 20% par rapport aux prix pratiqués dans les commerces classiques). Ayant aussi pour vocation de créer du lien social, des actions de prévention, de sensibilisation alimentaire et de consommation responsable, ainsi que des activités culturelles y sont organisées.

La santé des étudiants au cœur des préoccupations

Les centres de santé étudiants

Les centres de santé universitaires sont organisés pour répondre aux besoins de santé de la population étudiante :
  • Par l'accès aux soins adaptés à une population de jeunes adultes.
  • Par la prise en charge individuelle ou collective ; par la prévention et l'étude de l'état de santé des étudiants.
Au sein de ces centres, les étudiants peuvent bénéficier gratuitement d’accueil et de soins infirmiers, de consultations médicales auprès de médecins généralistes ou spécialisés.
  • Accueil et soins infirmiers.
  • Médecine générale.
  • Médecine du sport.
  • Psychologie, psychiatrie.
  • Centre de planification : gynécologie, sexologie.
  • Conseil conjugal et contraception, interruption volontaire de grossesse médicamenteuse, dépistages infections sexuellement transmissibles.
  • Diététique, troubles du comportement alimentaire.
  • Sophrologie, gestion du stress, affirmation de soi.
  • Sessions de secourisme et actions de prévention.

À Grenoble

Centre de santé du campus de Saint Martin d'Hères
180, rue de la Piscine
Domaine Universitaire

Centre de santé du campus de la Presqu'île
10, rue Vassieux en Vercors
Grenoble

À Valence

Centre de santé jeunes
Maison de l'étudiant Drôme-Ardèche
13-15, Place Latour-Maubourg
Valence

Des équipes mobilisés contre la Covid-19

En lien avec le centre 15 depuis le début de la pandémie, le centre de santé universitaire de Grenoble est également référencé par l’Agence régionale de santé Centre Covid-19. Tous les jours, ils assurent auprès des étudiants et personnels leurs missions sanitaires en proposant des consultations téléphoniques ou in-situ chaque fois que nécessaire.

 
Publié le  3 novembre 2020
Mis à jour le  3 novembre 2020